Historique

L’Université d’été du Luberon pour le développement durable a été créée, en 2003 par Gilles Berhault (créateur et Président d’ACIDD) et la regrettée Anne-Marie Sacquet (alors Directrice générale du Comité 21), entourés d’une poignée des pionniers du développement durable et de la communication.

 

Créée sur concept unique réunissant toutes les parties prenantes (entreprises, agences, collectivités locales, ONG, medias…), son objectif était alors de faire parler du développement durable, de faire passer ses messages… de convaincre.

Tous les professionnels, experts et spécialistes de la communication et du développement durable qui ont participé à l’Université d’été ont contribué à élaborer les bases d’une communication et d’un marketing plus responsables. De nombreuses initiatives y sont également nées comme Adwiser, un collectif de communicants “responsables”, mais aussi par exemple la démarche éco-évenementielle française…

 

Aujourd’hui, la communication et le marketing responsables sont devenus des thèmes centraux du développement durable, en particulier depuis le Grenelle Environnement. Ils sont notamment liés à la consommation responsable, identifiée dans l’Agenda 21 issu du Sommet de la Terre de Rio en 1992 comme un des objectifs majeurs pour arriver à un développement durable. ACIDD a d’ailleurs créé en 2008, avec les principales organisations professionnelles de la communication (AACC, Communication & Entreprise, Syntec RP, UDA) et le soutien de l’ADEME, “l’Observatoire de la communication et du marketing responsables”. Présenté chaque année en exclusivité à l’Université d’été, il permet de faire la synthèse et d’analyser l’ensemble des études realisées dans l’année sur la communication, le marketing et le développement durable, et de présenter les principales initiatives menées dans ces domaines.

Pourquoi ?

Le développement durable s’est imposé au cœur des stratégies de toutes les organisations : entreprises, collectivités, institutions, associations, centres de recherche, médias…

  • Changements climatiques, pollutions, disparition des espèces animales et végétales, problèmes sanitaires, épuisement des ressources…
  • Problèmes sociaux : démographie galopante, urbanisation, chômage, pauvreté…
  • Standardisation culturelle mondiale

 

Le monde est devenu une société des communications

  • 5 milliards de téléphones portables, 2 milliards de PC connectés, 500 millions de comptes Facebook
  • Le métier du plus grand nombre devient lié à la communication, à la production et au transfert d’informations

 

La place de la communication dans la société actuelle est fondamentale

  • La publicité a largement dépassé les 1000 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le monde
  • Le métier d’un très grand nombre d’entre nous : services communication, agences, prestataires, médias, enseignants, télécom, services postaux…
  • Une part importante du métier des autres est de communiquer, produire de l’information, la transférer, animer des communautés…
  • De l’adolescence à la fin de vie, chacun est équipé d’un terminal mobile (au moins un) qui lui donne accès à un espace de ressources et de savoirs sans fin. La maison est aujourd’hui équipée en moyenne de 7 écrans.
  • Nos objets quotidiens deviennent interconnectés et communicants…

 

Le développement durable est une démarche, pas un positionnement, il est question de transversalité, de complexité, d’évolutions permanentes

 

Les acteurs sont souvent désarmés, d’autant plus s’ils ont intégré récemment ce sujet. Ils ont besoin de se mettre au vert pour écouter, partager, réfléchir, inventer… participer à ces transformations.